Les trois singes de la sagesse : des sens à trois niveaux …

Les trois singes de la sagesse : des sens à trois niveaux …

Tombant dans un autre blog sur l’interprétation classique du symbole des trois singes, je n’ai pas résisté à l’envie de le commenter en élargissant le sens de ce symbole parmi les plus connus des sagesses asiatiques.

3singes

 « Cache toi les yeux, bouche toi les oreilles, et ne parle pas .. ! » 

 « ..  et tu seras tranquille ! »     est le niveau le plus grossier auquel interpréter ce symbole..

 Comme tout symbole issu d’une sagesse, il peut se lire à plusieurs niveaux …  Celui que l’on découvre sur wikipédia, une de nos modernes bibles du savoir,  n’est, comme souvent, que le niveau le plus commun, et le moins « élevé » .. 

Pourtant, ce n’est sans doute pas un hasard si le Mahatma Ghandi gardait sur lui une statuette des trois singes !

 Je vous propose au moins trois autres interprétations :

1- Dépasser l’indifférence  :

« Il y a ceux qui voient des choses et en parlent, mais n’écoutent pas ce que l’on leur dit,
Il y a ceux qui ne voient rien, écoutent les autres et en parlent,
Il y a ceux qui entendent et voient des choses, mais n’en parlent pas …

Celui qui ne veut rien voir, rien entendre, rien dire, choisit de rester à un stade proche de celui du singe… !

Devenir Homme, c’est se servir différemment de ses capacités à voir, entendre, dialoguer … c’est dépasser l’indifférence et oser devenir un peu plus  « humain » !

 2- Faire un tri sélectif !

« Ne regarde pas le mal, N’écoute pas le mal, ne parle pas du mal » : L’être humain étant imprégné de ce qu’il ingère, évite d’ingérer ce qui peut te nuire , et ne le diffuse pas par ta parole ! 

Il ne s’agit pas de se terrer dans son silence, et de rester ignorant et inconscient de la part sombre des réalités qui nous entourent  : mais de choisir d’ouvrir son regard, ses oreilles (et le « coeur » de soi, son Esprit) à ce qui nourrit la force,  la sagesse et l’espoir, et de ne pas les laisser se flétrir par ce qui les détruit … De même , ne pas véhiculer ce qui peut leur nuire …

 La neurophysiologie ayant clairement montré que les circuits neuronaux des individus sont impactés par ceux des individus qu’ils cotoient  (même en pensée … cf. : « les neurones miroir ») nos médias gagneraient à méditer ce qui précède !

 3- Suivre la voie d’une vraie sagesse

La « sagesse » n’est pas seulement une « juste distance » par rapport aux vicissitudes humaines et du monde extérieur…    Elle peut être aussi – et surtout- un accès à certaines zones plus « élevées » de notre intériorité :  Alors les trois singes sont une référence au cheminement vers cette intériorité et ce à quoi elle mène.(Certains oseraient parler de spiritualité, mais les taoïstes s’en dispensent : le Tao ne peut être nommé)

 Cette voie là suppose un lâcher prise aux modes habituels de fonctionnement de l’Ego…

Les Taoïstes –je crois , sans en être certain , que les 3 singes sont issus de cette sagesse là  considèrent que le vide intérieur est le principe actif de « la voie »( ce vide intérieur est nommé « Non Être », ce qu’il convient de transcrire en « paix intérieure », et non pas en « indifférence »).

(Parenthèse culturelle  : les trois singes sont communément associés au Japon, car on y trouve la plus ancienne représentation sculptée…  Mais les préceptes se découvrent sans ambigüité dans le confucianisme, ce qui nous ramène en Chine.  L’histoire des oppositions et influences entre philosophie de Lao Tseu (Taoïsme)  et Confucius (Confucianisme) m’amène à faire l’hypothèse qu’elles partageaient ce symbole , mais pas au même niveau d’interprétation).

« Celui qui sait ne parle pas; celui qui parle ne sait pas.

 Clôre sa bouche, fermer ses portes, tempérer son ardeur, se dégager de ses liens, harmoniser sa lumière, s’assimiler à son milieu, cela s’appelle la mystérieuse union.

On ne peut l’obtenir et avoir des affections; on ne peut l’obtenir et faire des différences; on ne peut l’obtenir et apprécier ceci, déprécier cela. »

 Tao Te King, 56.

 « Non Être »  facilitera « Non lutter » , « Non désir » , Non savoir »   -que je transcris respectivement en « Accueil de ce qui est comme cela est ; Simplicité, Humilité »

 Ces quatre là sont alors les leviers de « Non agir »  (lâcher prise) : (qu’il ne faut pas confondre avec « ne rien faire » …)

 Le non agir n’est pas l’inertie, le laisser faire ou l’indifférence. Le taoïsme invite l’homme à l’engagement dans la vie, mais ce en accord avec le rythme universel, et donc pas pour servir ses buts propres mais selon son mandat. (mandat dont la perception est intuitive, et naît dans la spontanéité du présent).

 Le non agir c’est donc plutôt l’essence de l’action, car celui qui y parvient est l’instrument du Tao, et atteint donc la plénitude dans l’activité.

 Le non agir c’est l’art de maîtriser les circonstances sans leur opposer de résistance, le principe d’esquiver une force qui vient sur vous de telle sorte qu’elle ne puisse pas vous atteindre. Il n’y a donc pas d’opposition aux évènements mais acceptation et intégration, ce qui peut d’ailleurs conduire au changement de leur cours

 Quelque chose me dit que l’époque et ses folies, témoignant du fait que beaucoup sont encore assez peu éloignés de leurs instincts animaux (même s’ils utilisent internet pour vous pirater !), et encore plus se limitent à « ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire » (le premier niveau d’interprétation du symble des trois singes)   va inviter de plus en plus les hommes et femmes de bonne volonté à faire ce qu’il faut pour changer de  niveau eux-mêmes, afin de se doter des forces intérieures pour ne pas être détruits par les débordements des egos (les leurs et ceux de ceux qui s’opposent à eux) auxquels ils seront immanquablement confrontés, et des meilleurs moyens selon leurs compétences pour contribuer à tirer notre monde « vers le haut ».

 A méditer : les attitudes de la « sagesse profonde » ont toujours été combattues, sacrifiées ou assassinées,   dès lors que ceux qui les portaient s’essayaient sur le terrain plus social et politique …   

 D’ailleurs, à bien observer les pratiques  de l’administration et des entreprises françaises par rapport à tout ce qui porte en soi l’espoir d’un renouveau plus humaniste et plus  « sage » , on voit bien que l’histoire continue dans le même sens… tout cela en toute bonne « foi » et (in)conscience, et derrière des prétextes toujours vus « au  premier niveau » :  égalité, dérives sectaires sont assez « trendy » en ce moment !

Faut il pour autant fermer les yeux, se boucher les oreilles, et se taire ?

L’ignorance et la bêtise étant entretenues par les aveuglements aux signes des temps, les surdités à tous ces messages de souffrance et de mal-être qui nous entourent, et le silence de ceux qui pourraient oser dire le vrai, le bon , le beau … à tout le moins, chaque être humain un tant soi peu « humanisé » devrait avoir à coeur de dépasser l’indifférence (Tout au moins, à ce sur quoi il peut avoir prise : porter l’ensemble des malheurs du monde sur ses épaules n’est pas très raisonnable , sauf à avoir une vocation christique!)

La seconde voie, celle de faire le tri de ce qui peut nous influencer, et des paroles avec lesquelles nous pouvons influencer, me semble être une saine règle de bonne hygiène de relation au monde et aux autres …   Mais pas si facile à suivre en cette époque hyper-médiatique et de crise « dépressiogène »..

Et au delà de ces deux voies, je suis également convaincu, pour ma part, qu’il est plus que temps de s’éveiller !

Partager